Catégorie : Le Grand journal du complotisme

« Comment ne pas devenir fou ? »

Cinquième leçon : se soucier de l’autre, c’est la seule façon de vraiment se soucier de soi-même

Vendredi 26 novembre

« Comment ne pas devenir fou ? »

« La paranoïa collective, c’est désigner un ennemi, un responsable, un bouc émissaire. L’accentuation de la peur tend à faire émerger les théories du complot, à designer des coupables et à les stigmatiser. […] Il n’y a rien de plus contagieux que les paranoïas collectives… »

« Cette crise nous fait à nouveau comprendre l’importance du collectif. La philosophie du care est essentielle : se soucier de l’autre, c’est la seule façon de vraiment se soucier de soi-même. »

Serge Fezen

Le « 1 »  n°323 du 18 novembre 2020

Ce soir je referme le Grand Journal du Complotisme avec QAnon.

QAnon est un phénomène apparu il y a 3 ans aux Etats Unis, dans le sillon de l’élection et du discours de Donald Trump qui s’est rapidement convaincu qu’un Etat profond – la haute administration et les services secrets – sabotaient son mandat et l’empêchait de gouverner. Trump a ainsi laissé se développer cette théorie qui reprend les thèmes de la campagne présidentielles : les démocrates, le clan Clinton, ainsi que les élites du pays sont compromis dans un vaste réseau pédocriminel. C’est le PizzaGateCheese Pizza est le nom de code pour « chid pornography ».

La lettre Q désigne une personnalité de haut rang, un « Secret défense ». Un mystérieux compte anonyme du nom de Q intervient régulièrement sur les forums — d’où l’appellation de QAnon — et distille des informations et des billets provenants d’une soi-disant haut fonctionnaire avec toujours le même message sibilyn : « l’Amérique est en réalité dirigée par une société secrète, la cabale, qui tirerait toute les ficelles dans les lieux de pouvoir. » Sont particulièrement visés : les Clinton, Jeffrey Epstein – l’homme d’affaire prédateur sexuel sur mineure retrouvé pendu dans sa cellule – et Serge Sorgos, la bête noire de l’extrême droite américaine (1).

Je ne résiste pas à vous donner à voir – ou revoir, la vidéo de campagne de Marjorie Taylor Greene, la première candidate QAnon a être élue le 4 novembre au Congrès américain… Sa bataille, flinguer les gun control, l’idée d’open border, le Green New Deal et bien entendu le socialism !

Une image contenant texte

Description générée automatiquement
Une image contenant arme, arme à feu, photo, homme

Description générée automatiquement

Bigre.

La lutte contre les gens de gauche… ces salops de pédophiles qui vénèrent Satan (sic !), ces traitres, ces fils de pute.

Ça me fait penser un podcast que j’ai écouté hier en rentrant de l’hôpital. Un podcast ArteRadio.com, PROFILS : Gardien de la paix où un jeune policier noir découvre que ses collègues discutent de lui sur un groupe WhatsApp. Il y lit des propos hallucinants de racisme, de haine anti PD et contre « ces fils de putes de gauchistes », sur les nègres et les arabes, appelant même de leurs vœux la guerre civile pour achever tous ces « bâtards et ces fils de putes ». Ça sèche dur, je vous l’assure.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

https://www.arteradio.com/son/61664080/gardiens_de_la_paix

Je ne peux pas finir ce Grand journal sans vous donner des nouvelles de Samantha Davies !

C’est parti pour trente jours de course à très grande vitesse !

Une image contenant texte

Description générée automatiquement
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Thomas Ruyant profite des dernières heures de pétole de l’anticyclone Sainte Hélène avant de toucher lui aussi le vent des 40è pour découper son foil fissuré, qui pourrait, s’il s’arrache dans la houle des mers du sud, avarier gravement son voilier.

Une image contenant bateau, extérieur, eau, petit

Description générée automatiquement

Un coup d’œil au classement : 1/Dalin, 2/Ruyant et 3/Le Cam. Burton (7è, le plus rapide sur 24 h : 817 km à 18.4 nœuds de moyenne !) et Sam Davies (9è) ne sont pas loin !

Ainsi s’achève ce Grand journal du complotisme.

Sur une belle course au large.

Où rien n’est joué !

Où rien n’est dirigé de loin par une société secrète.

Où les Extra-terrestres et les armes de Marjorie Greene sont impuissants et où les injures racistes et les propos haineux des collègues flics d’Alex se perdent dans la beauté majestueuse des 40è rugissants.

(1) Georges SOROS est président de Soros Fund Management, basé à New York, qui gère en 2012, 25 milliards de dollars pour lui, sa famille et ses fondations notamment l’ l’Open Society Foundations crée en 2010, réseau de fondations qui a pour objectif de promouvoir « la gouvernance démocratique, les droits de l’homme et des réformes économiques, sociales et légales » et qui est aujourd’hui le second organisme philanthropique mondial, derrière celui de Bill et Melinda Gates, et dont les sujets de réflexion et de soutient sont la politique, l’immigration, la dépénalisation de la drogue, la cause LGBT+

Résumé : pendant que Samantha Davies attrape le tapis roulant des vents des mers du Sud, les théories les plus folles fusent sur le compte anonyme QAnon visant les élites pédocriminelles. Heureusement pour l’Amérique, la première élue QAnon au Congrès, Marjorie Taylor Greene, est là pour les traquer sans répit. Alex nous laisse à entendre les commentaires racistes et suprémacistes de ses collègues – pourtant flics comme lui. Froid dans le dos tout ça !

#QAnon, #MarjorieGreene, #Alex, #VendéeGlobeChallenge, #PizzaGate, #EtatProfond, #GorgesSoros, #SamanthaDavies, #ArteRadio

Pour vous inscrire à ma newsletter, c’est ici !

https://080fac24.sibforms.com/serve/MUIEAJe5F2TdYD7a7hQk50i9Dh5IBNaCKRTO4r84mR2VwzUHJ-cApwRjFqrb6pOkUOwK6z81xZmEz8vEZZmmCHFP6POFiyfZUcmYDNaov_sJqMRU565v8XJjrrEIgQM0i4wQISqEafVHUawACCzBRKt-qMTRaDIC1UuIbSnr0ji8K_4BVtKHBgp2YD74j1iOwrprQeXiWZCdJ3Zm

« Un complot mondial se cache derrière la crise du Covid 19 »

Troisième leçon : il vaut mieux faire attention et croiser quelques sources avant d’accepter de tout croire 

Mercredi 25 novembre

« Un complot mondial se cache derrière la crise du Covid 19 »

OK

Ce soir, je suis chaud, je me lance dans Hold-Up.

Je suis chaud chaud.

Bon.

Je n’ai pas vu Hold Up.

Et je ne le regarderai pas.

Mais j’ai regardé attentivement la chronique de Clément Viktorovitch à propos de Hold-Up.

Est-ce que je peux vous parler d’un film que je n’ai pas vu ?

La réponse est OUI. Et je ne vais pas me gêner.

Parce que je suis capable de faire confiance.

Une image contenant homme, posant, photo, avant

Description générée automatiquement

Vous vous rappeler de Clément Viktorovitch ?

Celui qui m’avait captivé en analysant le discours d’Edouard Philippe sur la gestion de la crise sanitaire.

Hold-Up, qu’est-ce que c’est ? Un documentaire qui a réuni 300 000 euros de budget participatif et a été vu par 3 000 000 de personnes, réalisé par un ancien journaliste Pierre Barnérias.

Une image contenant photo, différent, groupe

Description générée automatiquement

Quel est le thème de Hold-Up ?

Facile : « un complot mondial se cacherait derrière la crise du Covid 19 », Davos pour ne pas les citer..

Ce film utilise de nombreux procédés de manipulation et Clément pointe lesquels.

Premièrement, empoisonner le puit, stratégie qui consiste à jeter par avance le discrédit sur toute personne susceptible d’apporter de la contestation. « Les publications médicales sont toutes fausses, les scientifiques mentent, les journalistes amplifient ce tissu de mensonge. »

Deuxièmement, commencer par soulever des questions légitimes : la gestion assez calamiteuse de la crise sanitaire par le gouvernement, les déclarations contradictoires, les conséquences désastreuses du confinement, puis déconfinement, puis reconfinement. Le discours est cohérent, on adhère au questionnement des réalisateurs. Le terrain est prêt, en avant donc pour la seconde partie et le développement de la théorie du grand complot : le virus a été fabriqué par l’Institut Pasteur pour être envoyé à Wuhan dans le but de tuer la moitié de la population mondiale, les plus pauvres, soit 3.5 milliards d’individus ! Le Great reset. « Comme les nazis l’ont fait pendant la seconde guerre mondiale… »

Quelles sont les techniques utilisées pour que les spectateurs adhèrent à ces idées ? Les procédés utilisés sont connus et efficaces : ce sont des procédés rhétoriques fallacieux.

Le Transfert d’autorité : le film utilise la crédibilité de certains intervenants – Philippe Douste Blazy, médecin, ministre de la santé, Mickael Levitt, prix noble de Chimie, Luc Montagnier, prix nobel de Médecine pour la découverte du virus du SIDA, excusez-du peu – pour légitimer la parole d’autres individus fantaisistes. On retrouve le fameux Silvano Trotta et sa théorie de la Lune creuse, qui n’est personne d’autre que lui-même, mais dont le discours, encadré par celui de personnalités connues et reconnues, passe crème. Et paf !

Le « Yes Set » est une communication hypnotique basée sur la répétition de fait justes et logiques. On acquiesce, on adhère. Ce procédé prépare les esprits à dire « oui à tout », basé sur l’adhésion des premiers faits irréfutables. Autrement dit, les premiers arguments emportent les autres dans leur sillon. Et repaf !

La concaténation est l’organisation du propos de telle sorte que les esprits épousent le flot des pensées d’une manière qui lui semble naturelle. L’illustration en est la comptine « Trois petits chats, chapeau de paille, paillasson… » La succession d’arguments s’enchaine sans aucune logique ni aucune cohérence mais fonctionne sur l’association d’idée et parait ainsi intuitive et sonne finalement vraie. Ce procédé est redoutablement efficace et permet de se dédouaner de toute rigueur et de toute preuve. On le dit et ça suffit pour paraitre vrai.

Le fil rouge du documentaire est de révéler que le vrai danger n’est pas le virus mais le vaccin que les élites veulent imposer à l’humanité.

Le film ne fait appel à aucun moment à un quelconque contradicteur et utilise le recours massif à l’insinuation qui amène à assouplir notre esprit critique et à obtenir notre consentement. L’objectif est donc de nous faire accepter des idées erronées et contestables mais sans nous donner le moyen de nous en défendre.

Ce qui répond à la définition de film manipulatoire. Tout n’y est pas faux bien entendu et Clément termine son analyse avec ces mots : « il vaut mieux faire attention et croiser quelques sources avant d’accepter de tout croire ».

Bravo.

Et merci !

Et voici une personne qui, j’espère, ne croît pas trop aux Extra-terrestres ni aux fantômes en découvrant un passager clandestin dans le capot avant de son bateau.

Une image contenant personne, femme, voiture, tenant

Description générée automatiquement

C’est l’équipe de Sam Davies qui lui a fait une surprise en déposant un flamant rose gonflable dans cette partie inhabitée du bateau. Génial.

La même Sam Davies qui pourrait bien être une des premières à entrer dans les Quarantièmes et toucher les vents des mers du Sud.

Une image contenant eau, extérieur, bateau, embarcation

Description générée automatiquement

Charlie Dalin creuse sa position de leader de la course mais ses poursuivants, notamment ceux qui ont contourné l’anticyclone Sainte-Hélène par le sud, pourraient revenir comme des balles.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Reste à voir ce que peut donner l’option de Jean Le Cam qui tire plein Est.

Une image contenant équipement électronique, afficher, périphérique, ordinateur

Description générée automatiquement

Je ne sais pas si cette ligne rouge est la ligne des 40è ou celle de la zone d’exclusion.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Passionnant !

A suivre…

Résumé : Pendant que Clément Viktorovitch analyse Hold-Up, le documentaire manipulatoire qui tend à nous faire croire que le virus a été construit pour tuer la moitié de l’humanité et qu’une élite voudrait en profiter pour nous imposer le vaccin de BigPharma et ses masques, Samantha Davies découvre un passager clandestin et pourrait bien entrer dans les Quarantièmes la première ! Vas-y Sam !

#HoldUp, #ClementViktorovitch, #ProcédésManipulatoires, #ImposerLeVaccin, #BigPharma, #GreatReset, #SamanthaDavies, #QuarantiemesRugissants

la Lune est creuse

Troisième leçon : la Lune est creuse

Mercredi 25 novembre

« On nous ment, on nous cache la vérité »

« La routine de l’apprentissage scolaire empêche l’ennui existentiel qui de révèle être angoissant. Pour les enfants, le virtuel fait long feu, il leur faut des câlins, des bisous, se battre et courir avec les copains et les copines, être dans le corps-à-corps. » Julie Pluie, art-thérapeute.

Est-ce que je tiens une explication ?

La routine, contre laquelle – il me semble – tout le monde se bat, pourrait être garante de notre santé mentale ? C’est très intéressant. Je vois des dessinateurs de BD qui « s’échauffent » en dessinant le matin, des écrivains qui s’imposent des horaires stricts d’écriture dont Bernard Werber qui « écrit tous les matins de 8h à 12h30, quoiqu’il arrive. » Il commence par descendre boire un café en bas de chez lui, lit les journaux et remonte écrire. Le cerveau est ainsi programmé. Il sait par avance qu’il va être occupé à écrire.

Est-ce que le manque de routine est propre à désorganiser notre cerveau ? Est-ce que laisser notre matière grise dans l’inconfort de périodes flottantes serait propice à broyer du noir ? Le cerveau pense. Tout le temps. Se met-il ainsi à penser n’importe quoi si on lui laisse la bride au cou ? Le cerveau aime l’émotion forte. Se tend-il donc par nature vers les propositions affriolantes de secrets d’État, de dissimulations de vérité, de complots ourdis dans l’ombre des démocraties ?

« On nous ment, on nous cache la vérité »

Quels sont les thèmes récurrents de tous les discours complotistes ? Macron a été porté sur le Trône de France par les Rothschild. Les démocrates américains sont de dangereux pédo-satanistes dont il faut absolument nous débarrasser avant qu’ils s’en prennent à la seule figure pure de notre société : nos enfants. Leur dessin caché ? Un plan secret élaboré afin de les vacciner contre ce virus inventé par les scientifiques. Pourquoi ? Afin de leur injecter la puce mise au point par Bill Gates et réaliser le rêve souterrain final : surveiller tout le monde. Big Brother. Les complotistes aiment les Big. Big Pharma, pour ne citer qu’elle, la main armée des puissants pour la mise en œuvre du plan. Les Juifs, les Franc maçons, les élites, les scientifiques, les riches. Une rhétorique nauséabonde, emprunte de rancœur, de jalousie, d’amertume, de rancune, de méchanceté, muée par l’envie de revanche, de prendre enfin sa place, de renverser la table. Un discours qui prend toute sa place sur les réseaux sociaux – asociaux devrait-on dire -, qui se répand sur la toile numérique à la vitesse de l’éclair numérique, prolifération digitale d’excès d’humeur, de rumeurs et de  paranoïas.

Bon.

En écoutant le décryptage du fameux HOLD-UP par Clément Viktorovitch — je vous en parle demain, promis — je découvre aujourd’hui un type, Silvano Trotta, qui se décrit comme lanceur d’alerte et qui profite de la tribune offerte par ce faux-cumentaire pour se faire entendre. D’après Clément Viktorovitch, je n’ai pas eu le courage de vérifier, Silvano Trotta défend que la lune est creuse et qu’elle n’est qu’un satellite artificiel.

Mais what ?

Pourquoi ?

Pourquoi pas. Certes.

Cet homme souffre -t-il au point de ne plus avoir d’autre but dans sa vie que de trouver des oreilles attentives à ses croyances ineptes ? Pourquoi perdre du temps et de l’énergie à propager de telles idées ?

Je ne sais pas pourquoi, mais je pense à Maurice Leblanc. Probablement celui qui m’a donné envie d’être écrivain. Et son Aiguille creuse.

Une image contenant eau, alimentation, assis, gâteau

Description générée automatiquement
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Complotiste avant l’heure ?

Une énigme, un secret, une falaise creuse.

C’est en tout cas nettement plus ingénieux et subtil que ce Trotta et sa lune creuse.

Arsène Lupin et la Lune creuse.

C’est creux comme titre.

C’est creux comme le vent au milieu de l’Anticyclone de Sainte Hélène…

Mes pauvres amis navigateurs. Ils empannent comme des diables pour profiter d’une queue de vent qui leur échappe ! Je vais vous montrer en image, c’est passionnant :

L’anticyclone est coupé en deux, H1 et H2. H1 se réduit rapidement et va laisser la place à H2 qui va s’étendre vers l’est. Il reste ce petit couloir de nuage avec un peu de vent pour ceux qui s’y sont faufilés. Les autres resteront dans la molle.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Le petit groupe mené par Louis Burton et Samantha Davies, qui refuse de se laisser coincer dans la pétole, contourne H2 par l’Ouest et le Sud. Apivia et LinkedOut passent par l’Est. Tout comme Jean Le Cam.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Voici les deux routes.

Si Dalin et Ruyant passent, ils seront les premiers à toucher le vent des mers du sud. Sinon, ils seront scotchés.

Ou seront les autres ?

Qui va passer en premier.

Je vous le dis, c’est passionnant !

Mais un détail me saute soudain aux yeux :

Vous voyez cette grande étendue sombre sur la carte.

C’est la zone d’exclusion.

Une zone d’exclusion…

Voici qui est bien chelou, non ?

Pourquoi l’existence d’une telle zone ?

Que cherche-t-on à nous cacher ?

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Des icebergs dangereux pour la navigation.

Mon œil !

La solution est si simple qu’on ne la voit pas : ce sont les bords de la Terre Plate.

Heureusement que je suis là pour déchiffre le dessous des cartes.

Résumé : La lune est creuse, comme l’anticyclone Sainte-Hélène dans le Sud Pacifique. Que cherche-t-on à nous cacher précisément ?

#ThéorieDuComplot, #LaRoutineDeLapprentissage, #SilvanoTrotta, #LuneCreuse, #AiguilleCreuse, #MauriceLeblanc, #VGC, #LesBordDeLaTerrePlate, #DessousDesCartes

La Terre est-elle vraiment plate ?

Le Grand Journal du Complotisme : Deuxième leçon : y a pas de fumée sans feu

Mardi 24 novembre, La Terre est-elle vraiment plate?

J’ouvre le site officiel de la Terre Plate :

Qu’est-ce que c’est que ce schéma bizarre ?

Je dois bien avouer que je n’ai pas trop envie d’aller chercher à y comprendre quelque chose, on ne sait jamais, des fois que je me mette à y croire !

Je précise que le but de ce Grand Journal, n’est ni de me moquer, ni de mépriser les gens. Je cherche à comprendre les motivations qui pousse certaines personnes à remettre en cause des données scientifiques patiemment et méticuleusement élaborées – souvent au péril de leur vie – par des chercheurs curieux et motivés par la découverte et l’explication rationnelle du monde qui nous entoure.

Pourquoi ?

Les Femmes et les Hommes ont besoin d’un récit. Ils ont besoin qu’on leur raconte d’où ils viennent, comment, pourquoi. Le récit scientifique n’est pas assez puissant ? Il est mal fichu ? Trop complexe ? Il n’y a pas assez de sexe ?

Qui sont ceux qui éprouvent la nécessité de réécrire le récit des derniers siècles ?

Sont-ils motivés par le pouvoir ?

Par la soif de contrôle des gens ?

Se sentent-ils abandonnés ?

Les personnes qui suivent Trump, par exemple. En 2040, la population blanche ne sera plus majoritaire en Amérique. Les femmes se battent de plus en plus pour leur autonomie. 60% des diplômés aux USA ( lire le 1  sur Trump et les USA, passionnant ) sont des femmes. Que reste-t-il pour les hommes blancs au chômage sans diplôme qui pouvaient encore dominer les noirs et leurs épouses ?

Une image contenant texte, journal, capture d’écran, réfrigérateur

Description générée automatiquement
Une image contenant texte, journal, réfrigérateur

Description générée automatiquement

Quel est le programme pour eux ?

Voter Trump. Ou Bolsonaro. Ou Viktor Orban.

Triste réalité.

Vont-ils se remonter le moral en imaginant que la Terre est plate ? Je ne sais pas. Peut-être vont-ils se trouver réconforté par l’idée que tout le monde leur ment. Qu’on leur cache sciemment la vérité. Qu’ils ne sont pas si nuls que ça. Qu’ils sont eux seuls détenteurs de la seule vérité.

Bon.

Tout ça me donne l’envie de voir si LinkedOut et Apivia sont toujours là.

Charlie est passé devant Thomas la nuit dernière, Thomson a réparé et a repris la course, Jean Le Cam, sans foil, a fait l’intérieur à la troupe et a repris sa 3è place, Sam Davies est partie plein ouest avec Louis Burton pour ne pas se retrouver scotchée dans la pétole. Waouh, que c’est excitant !

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Ah mais je vois qu’Alex Thomson a lui aussi empanné pour se joindre à eux !

Je les entends, les platistes, grondement souterrain du roulement des trompettes complotistes : tout cela n’existe pas, on nous fait croire qu’une course est partie autour du Monde mais ce ne sont que des sornettes du système, manipulations des États profonds pour maintenir leur citoyens endormis…

Je cours écrire un mot à Clarisse Cremer, sympathique première participante, qui s’est brulée le périnée avec son thé archi brulant :

—   Clarisse, êtes-vous une invention pour nous maintenir endormi ?

—   Tout à fait.

—   Comment expliquer que votre thé se soit rependu sur votre corps autrement que par effet de la gravité ?

—   J’ai voulu faire mon intéressante.

—   Est-ce que vous avez vu le bord de la Terre ?

—   J’en rêve mais on nous a bien prévenu de ne pas nous approcher.

Ah, je vois qu’on les a prévenus de ne pas se frotter trop aux latitudes Sud. Que ce ne sont pas des icebergs que les navigateurs risquent de rencontrer à ces endroits inhospitaliers mais le bord. Le bord de la Terre.

—   Bonne chance Clarisse. On ne manque aucune de vos vidéos avec ma fille de CE1 !

Tiens, j’aperçois un voilier dans un de articles Terre plate et je lis un bout de leurs arguments :

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Aïe, ça se corse. Ils remettent en cause la gravité…

La gravité, qui n’existe que dans l’imagination de certaines personnes, bla bla bla…

Notez le certaines personnes : chez les complotistes, on ne nomme pas, on laisse planer le mystère du mensonge, on insinue insidieusement que la duperie est fourbe. Fourbe mais pas courbe.

—   Clarisse, comment expliquez-vous que votre voilier ne flotte pas dans le ciel ?

—   C’est grâce au vent qui nous plaque au sol. A la mer, je veux dire. Et aux nuages qui appuient sur l’air.

Chez les complotistes, on empile les arguments, même – et surtout – s’ils n’ont rien de commun. On ne démontre rien. On amalgame des éléments qui s’agglutinent pour réaliser une pâte informe de laquelle se dégage finalement un léger parfum de il n’y a pas de fumée sans feu.

C’est de cette fumée sans feu que démarre toutes les théories du mensonge, de dissimulation de la vérité au bénéfice d’un petit groupe de lucide dont le dessin maléfique est bien entendu de contrôler le monde en secret.

C’est de cette fumée sans feu que démarre les doutes. Et si on me mentait depuis toutes ces années ?

Une image contenant texte

Description générée automatiquement
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Un tel niveau de preuve laisse pantois…

Et qui ils pensent prendre dans leurs filets avec de telles affirmations ?

Nous prennent-ils pour des imbéciles ?

La seule bonne nouvelle est la reddition de Donald Trump ce jour et la réouverture des librairies samedi matin.

C’est lui qui l’a dit.