Catégorie : mascarade

Bas les masques, une histoire de masque 1

1er juin 2020

Le bal masqué

Chapitre 1 : une pénurie de masques – 1ère partie

« Des » masques ont continué d’être détruits au début du confinement, en pleine période de pénurie.

Je me rappelle que ce titre m’a interpellé.

J’y repense ces jours derniers, quand je vois qu’on vend maintenant des masques à tous les coins de rue.

Je l’ai relevé il y a quelques semaines sur un article du Canard Enchaîné qui circulait sur les réseaux sociaux, mais que je ne parviens pas à remettre la main dessus.

Je trouve en revanche l’appel d’un député des Ardennes, Pierre Cordier, qui affirme le 8 mai 2020 que des centaines de millions de masques ont continué d’être détruits jusqu’en début de pandémie.

Il s’agirait d’un stock de 600 millions de masques mis au pilon en 2018 et qui ont commencé à être détruits fin 2019.

Mis au rebus, ces masques ont donc disparu des stocks comptables.

Plus personne ne savait qu’ils existaient.

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

Je retrouve aussi l’article original, dans Le Monde daté du 7 mai, sous la plume de Gérard Davet et de Fabrice Lhomme dans leur minisérie Aux racines de la crise sanitaire française. 5/5

« … en pleine épidémie de Covid, alors que la France est confinée, les conseillers du Premier Ministre découvrent, consternés, que depuis plusieurs semaines des millions de masques issus des réserves étatiques, dont une part non négligeable était sans doute utilisable, sont consciencieusement brulés… »

Pierre Cordier pose la question suivante à Édouard Philippe dans les questions au gouvernements le  12 mai 2020 : «  … on sait aujourd’hui que 600 millions de masques ont été détruits à tort… Qui a signé le bon de   destruction de ces masques ? »

Réponse d’Olivier Véran — qui vaut son pesant de cacahuètes — : « Oui, on a détruit des masques, des masques moisis, inutilisables, dont les critères de filtration et de respirabilité font que vous ne les donneriez pas à votre lapin nain »

Réponses des politiques toujours dans la mesure et le bon sens.

Pourquoi un lapin nain ?

Vous avez un lapin nain, vous ?

Moi non !

Mais nous avons fabriqué nos propres masques en tissus, afin de pouvoir les réutiliser et pour qu’ils ne finissent pas au fond des océans.

Qui est Pierre Cordier ? Et pourquoi s’empare-t-il de cette affaire de masque ?

Très honnêtement, je n’en sais rien.

D’après quelques recherches rapides, Pierre Cordier est un jeune député LR né le 27 mai 1972. Maire de Neufmanil et vice-président du conseil départemental des Ardennes, il est élu député de la 2ᵉ circonscription des Ardennes le 18 juin 2017.

Il est clairement pro-chasse et semble s’opposer à l’évasion fiscale.

Il est indigné par la destruction d’un stock de masques alors que la France se bat sans protection contre le COVID et cherche absolument à savoir qui a signé le bon de destruction.

Ce à quoi Olivier Véran répond, avec humour, cynisme — et même pas mal de mépris je trouve —, que ces masques ont été vérifiés par la Direction générale de la santé (DGS) et la Direction Générale des Armées (DGA) et qu’ils ont perdu leur efficacité, ne protège pas contre le virus et ne peuvent donc pas être utilisés par les soignants. « Ils seront donc détruits. » affirme le ministre de la santé droit dans ses bottes, le sourire narquois en coin.

Pierre Cordier s’en offusque et pense au contraire que ces masques auraient pu être utilisés — sinon par les soignants — au moins pour protéger la population.

Olivier Véran ne daigne pas lui répondre.

OK.

Il semble que les chiffres divergent un peu : 660 millions de masques détruits ? BFM-TV n’en compte ‘que’ 360. L’Express aussi.

Le gouvernement à réussi en sauver une poignée, 95 millions pour les uns, 160 millions pour les autres.

Le plus probable est que 223 millions de masques aient été détruits en 2019 et que 1.5 million d’autres détruits entre janvier et mars 2020, alors que l’épidémie avait commencé.

Le gouvernement à réussi à en sauver 19 millions.

Pourquoi un masque en papier périme-t-il ?

Parce que justement, les masques ne sont pas en papier.

Tous les masques sont constitués de ‘nouveaux’ textiles issus du pétrole, censés être plus fins que le tissu. J’en reparlerai.

Il existe deux types de masques, les masques dits ‘chirurgicaux’ et les masques filtrants dits ‘FFP2’ ou ‘N95’

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Le premier masque, masque chirurgical, évite les projections. Il se porte par la personne malade et évite que cette personne en respirant, toussant, éternuant, ne projette des microgouttelettes contenant du virus partout autour d’elle. Ce type de masque ne protège donc pas la personne qui le porte d’une éventuelle contamination. Est-ce la raison qui a poussé le gouvernement à les déconseiller en début d’épidémie ? Non, bien entendu. Mais j’y reviendrai.

Le second type de masque, FFP2, protège la personne qui le porte d’une ‘ambiance contaminée’, situation typique d’un soignant au contact direct d’un patient malade, notamment pour des soins très exposants comme intubation en réanimation. Ces masques sont très efficaces.

Les masques ont une durée de vie courte, quelques heures.

Conditions de péremption des masques chirurgicaux :

—           vieillissement naturel en 4 à 5 ans dans des conditions de stockage à moins de 25°

—           l’élastique perd de sa solidité

—           la qualité de la barrette nasale s’altère

Avec un mauvais ajustement du masque sur le visage, une étanchéité imparfaite.

Et donc une inefficacité aux virus.

Pierre Cordier rue dans les brancards en hurlant au loup : si ces masques ne sont pas assez efficaces pour protéger les soignants, et on le comprend, ils ne sont ni moisis ni troués et auraient très bien pu être distribués à la population générale. Au lieu de ça, la population a fabriqué elle-même ses masques — ce qui est peut-être finalement une bonne chose, les gens sentent qu’il est important de se prendre en main à un moment. Mais ce n’est pas le propos de Pierre Cordier.

Conditions de péremption des masques FFP2 :

La particularité du FFP2 est son matériel filtrant précieux le Meltblown — quel drôle de nom ! —, un filtre à base de polypropylène dont l’efficacité tient à sa charge électrostatique qui lui permet de mieux capter les particules.

Le masque FFP2 est difficile à porter, réduisant l’oxygénation de celle ou celui qui le porte. Il est donc conseillé de ne le réserver qu’aux soins exposants à un risque de contamination élevé.

La fabrication du meltblown est issue d’un procédé industriel complexe et couteux, dont le savoir-faire a été délocalisé en Chine, bien entendu.

La dernière usine, dans le Nord de la France, a fermé ses portes fin 2018…

Dommage…

Le FFP2 périme donc lui, en plus des éléments communs au masque chirurgical, par la perte progressive de sa charge électrostatique

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Voilà pour les masques.

Dont le stock d’États est conservé consciencieusement dans un hangar secret de la Marne.

Patrick Cohen s’étonne dans C à vous sur France 5 de l’absence de ravitaillement en masques depuis 10 ans. « Alors que la doctrine constante était de maintenir un stock de 1 milliard de masques, Xavier Bertrand a sorti les FFP2 des stocks d’États — pour les faire acheter par les employeurs, ndl, ce qui n’est peut-être pas une mauvaise idée, mais il faut le faire savoir haut et fort —, Marisol Touraine n’a commandé que 100 millions de masques chirurgicaux, Agnès Buzyn 100 autre millions et Olivier Véran a récupéré ce qui pouvait l’être au pied de l’incinérateur… »

Moi, cette histoire de masque, ça me pose plein de questions :

—           Comment on les fabrique, ces masques ? D’où ils viennent ? Pourquoi on n’en fabrique pas en France s’ils sont considérés comme ‘stratégiques’ ? Malheureusement, on a tous une idée assez précise de la réponse. Pourquoi ils sont stockés à un seul endroit ?

—           Est-ce que ça ne serait pas à la population d’avoir un stock de masques à la maison ? Avec la charge d’entretenir son stock ? Au moins pour tenir quelques jours ? On est grands, je suis certain que ça pourrait se faire. On pourrait même les déduire des impôts comme un don à une association ! En tout cas, il me semble que c’est le rôle des hôpitaux de posséder en stock de quoi protéger son personnel et de quoi faire tourner ses services avec un stock de masques suffisant, non ?

—           Mais la question qui me préoccupe le plus, c’est : pourquoi des masques à usage unique, dérivés des produits pétroliers, d’une durée de vie de quelques heures, confectionnés à plusieurs milliards d’unités, difficiles et polluants à détruire, qui vont s’accumuler au fond des océans ?

Réponse au prochain épisode !

Mascarade

29 mai

De quoi François Hollande se sent-il responsable ? Où sont passées Marisol Touraine et Agnès Buzin ? UNITAID, machine à recycler les ministres de la Santé ? Roselyne Bachelot a-t-elle raison d’être en rage ? Et d’où vient Olivier Véran ?

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

François Hollande avoue lundi 25 mai sur France Inter avoir une part de responsabilité dans la situation de l’hôpital.

Intéressant.

Pour une fois qu’un homme politique bat sa coulpe.

Examinons d’une peu plus près de quoi il se sent responsable :

Déjà, pas d’avoir baisser le nombre de poste de soignant puis qu’il commence par rappeler qu’il a augmenté ce nombre de 30 000 personnes.

Il confie avoir contribué à contraindre l’hôpital. Sans rien ajouter. Ce qui est tout de même assez vague.

En tout cas, côté masques, il est à l’aise : le stock qui était jusque-là centralisé a été décentralisé pour des raisons évidentes d’efficacité et de proximité. Et, sous sa présidence le nombre de masques est passé de 1 milliard à 750 000 000 masques. Pourquoi ? On n’en saura rien, le journaliste ne semble pas trop désireux d’en savoir plus.

Donc, malheureusement, la décentralisation a couté la bagatelle de 250 millions de masques… sûrement tombés des camions…

Hollande semble réaliser que la sur-représentation administrative à l’hôpital n’a pas que du bon – alors qu’il serait à l’origine d’une augmentation du personnel administratif hospitalier que certains osent annoncer à + 40 % ! —, appelle de ses vœux plus de souplesse dans la gestion trop tatillonne et souhaite ne pas revenir sur les 35 heures à l’hôpital, un acquis social d’après lui.

Il constate simplement comme ça, sans en avoir l’air, que le stock de masques n’est plus que de 150 millions au moment où la crise sanitaire se déclare sans comprendre comment on n’en est arrivé là… Bref, il ne se reproche rien de très sérieux…

Il est plutôt clean.

Est-ce la faute à Jérôme Salomon, conseiller chargé de la sécurité sanitaire auprès de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de 2013 à 2015, et — proche d’Emmanuel Macron dont il était le conseiller santé pendant sa campagne présidentielle — un moment pressenti pour devenir ministre de la Santé après son élection ?

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

On apprend que son Papa est décédé pendant cette période — j’en suis désolé pour toi l’ami — et qu’à cette occasion, il a découvert qu’en fait, on était tous vulnérables.

Sérieux ? François Hollande ! Voyons ! Tu imaginais quoi ?

Il a l’air tout malheureux sur la photo.

Bref, en tout cas, pas grand-chose de nouveau à l’Ouest de l’Avenue Duquesne, véritable adresse du ministère de la Santé. Tiens, alors pourquoi un Ségur de la santé ? Parce que le bâtiment à une face qui donne sur l’avenue de Ségur ? Peut-être…

OK.

Voilà pour Hollande.

Et Marisol Touraine, le cauchemar des hôpitaux, la ministre de la Santé la plus honnie des médecins libéraux. Où elle est donc passée ?

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

J’apprends rapidement qu’elle a été battue aux législatives le 18 juin 2017 par la députée LR Sophie Auconie — faut le faire aux vues du raz-de-marée LREM —, qu’est partie en vacances quelque temps, qu’elle a été ensuite réintégrée au Conseil d’État — ouf, tout va bien — et qu’enfin elle a été élue présidente de l’organisation onusienne UNITAID, une structure hébergée par l’OMS à Genève et financée par une taxe sur les billets d’avion (???). Son objet social ? Négocier des baisses sur les prix des médicaments en en assurant l’achat d’un certain volume, afin de permettre aux populations pauvres de se soigner : tuberculose, HIV, …

Douste Blazy, ancien ministre de la Santé a lui aussi occupé ce poste de 2007 à 2016.

Bon vent, vive le copinage, tu as l’air satisfaite sur les photos, tant mieux pour toi.

La vie semble plus facile pour toi que pour le Papa que j’ai rencontré hier… (cf billet d’hier, http://blog.vasyraconte.fr/le-bruit-et-lodeur )

Une image contenant capture d’écran, texte

Description générée automatiquement

Et Agnès Buzyn ?

A-t-elle survécu au confinement ?

Elle est toute pimpante et fringante dans une interview donnée au Figaro où elle annonce avoir beaucoup réfléchi avant de prendre sa décision de repartir en campagne pour la Mairie de Paris, prête à défendre les couleurs LREM, pour — je cite —, défendre une troisième voix entre Hidalgo et Dati. « Entre », c’est beaucoup dire. À la traine, ça oui.

Petit rappel des comptes, Anne Hidalgo environ 30% des voies, Rachida Dati, pareil, environ 30 %, Agnès Buzyn, 7%… Et tous les autres ont bu la tasse, autant Cédric Villani que les écolos et La France Insoumise.

Elle regrette d’avoir qualifié le maintien du premier tour des élections municipales de mascarade. Pourquoi regrette-t-elle ? Ça a bien été un désastre.

Une image contenant capture d’écran, texte, journal

Description générée automatiquement
Une image contenant femme, capture d’écran, texte, journal

Description générée automatiquement

Plus grave, elle confie avoir été victime de menace de mort et a été agressée.

Là, malgré le peu d’estime que j’ai pour elle, pas pour la femme que je ne connais pas, mais pour son travail au Ministère peu concluant, pour l’image de son dévouement et même de sa soumission, la voix de son maitre, qui démissionner en pleine crise de Covid pour voler au secours de la REM en panne de candidat à Paris après les déboires de Benjamin Grivaux — une autre histoire à la Vaudeville —, je me dis que, tout de même, c’est cher payé pour la fidélité.

Après… blablabla…, elle regrette — à juste titre — le débat sur la chloroquine qui aurait dû rester au niveau du cercle scientifique et ne pas devenir un remède miracle plébiscité par pétition.

Blablabla… Olivier Véran est exceptionnel …blablabla… commission d’enquête sur les responsabilités de chacun, où j’ai hâte de venir m’exprimer… blablabla

Je ne m’étends pas sur Yves Levy son mari, Président-directeur général de l’Inserm entre 2014 et 2018, conseiller juridique du gouvernement, puis envoyé spécial en RDC au moment de l’épidémie du virus Ebola en 2019 et vu à Wuhan en 2017 avec Cazeneuve, alors Premier ministre, et Marisol Touraine.

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

Les Complotistes se saisissent aussitôt de la trouvaille et en avant : le mari fait sortir du virus pour que sa femme privilégie l’INSERM et vende des vaccins avec des puces électroniques achetées à Bill Gates, numéro 1 sur la liste des personnalités à abattre.

Bon, je dévie.

Un Président qui avoue ses (quelques petites) erreurs, une ministre qui ne s’en sort pas si mal, une autre qui part au charbon dans une campagne de tous les dangers à Paris, et un homme, Olivier Véran qui sort du chapeau en plein début de crise sanitaire.

Enfin un homme aux commandes, s’empresseront de dire certains.

Mais d’où il sort celui-là ?

Il est en embuscade, à 40 ans, prêt à l’action.

Élu conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes en décembre 2015, puis député de la première circonscription de l’Isère en 2017, il est rapporteur général de la commission des Affaires sociales de 2017 à 2020 à l’Assemblée nationale. Le 16 février 2020, il est nommé ministre des Solidarités et de la Santé en remplacement d’Agnès Buzyn.

Mi-mars, soit 1 mois à peine après son arrivée, une histoire de trafic d’influence sur la vente de masque FFP2 par Tewfik Derbal, son ancien collaborateur à l’Assemblée lui est reprochée…

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

Sur tous les fronts, notre ministre de la santé.

Avant-hier, à L’Assemblée, il mouille sa chemise pour faire accepter l’idée de la mise en place de l’application Stopcovid, réclamée par les épidémiologistes et crainte des informaticiens en termes de recueil de données personnelles.

Hier, aux côtés d’Édouard Philippe, lors de la présentation du plan déconfinement 2 :

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

Et notre amie Roselyne Bachelot ? Toute cette affaire de la disparition des masques la remplit de rage.

Reconnue personnalité politique la plus populaire, heureuse de tenir son heure de gloire après avoir été lynchée pour sa gestion — qualifiée de calamiteuse à l’époque — de la grippe H1N1, elle explique son ressentiment pour les accusations dont elle a fait l’objet — elle a même été auditionnée par une commission d’enquête parlementaire.

Elle dénonce l’irresponsabilité des différentes politiques de restrictions budgétaires déployées depuis son départ en 2010 où le stock a été détricoté, et la sécurité sanitaire placée sous la dépendance de la Chine, devenue à elle seule l’unique fabricant de masque et d’antibiotique dans le monde.

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

Roselyne Bachelot soulève le problème crucial de la délocalisation de nos activités stratégiques.

Comment cette délocalisation a-t-elle pu s’opérer ? Quels en sont les sous bassement ? Les principes ? Les idéologues ? Issue de quels types de choix, de projets, d’idées, de plans ?

Sont-ils seulement économiques ? Seulement la faute à pas de chance ? Le fruit d’une cascade d’évènements malheureux ?

Cette pénurie était-elle prévisible ? Ne l’a-t-on pas vue venir ?

C’est l’idée que j’ai envie d’explorer dans une série que je vais intituler Mascarade, une histoire de la disparition des masques.

Encore un projet ! Encore une histoire !

Allez, vas-y, raconte !