Troisième leçon : la Lune est creuse

Mercredi 25 novembre

« On nous ment, on nous cache la vérité »

« La routine de l’apprentissage scolaire empêche l’ennui existentiel qui de révèle être angoissant. Pour les enfants, le virtuel fait long feu, il leur faut des câlins, des bisous, se battre et courir avec les copains et les copines, être dans le corps-à-corps. » Julie Pluie, art-thérapeute.

Est-ce que je tiens une explication ?

La routine, contre laquelle – il me semble – tout le monde se bat, pourrait être garante de notre santé mentale ? C’est très intéressant. Je vois des dessinateurs de BD qui « s’échauffent » en dessinant le matin, des écrivains qui s’imposent des horaires stricts d’écriture dont Bernard Werber qui « écrit tous les matins de 8h à 12h30, quoiqu’il arrive. » Il commence par descendre boire un café en bas de chez lui, lit les journaux et remonte écrire. Le cerveau est ainsi programmé. Il sait par avance qu’il va être occupé à écrire.

Est-ce que le manque de routine est propre à désorganiser notre cerveau ? Est-ce que laisser notre matière grise dans l’inconfort de périodes flottantes serait propice à broyer du noir ? Le cerveau pense. Tout le temps. Se met-il ainsi à penser n’importe quoi si on lui laisse la bride au cou ? Le cerveau aime l’émotion forte. Se tend-il donc par nature vers les propositions affriolantes de secrets d’État, de dissimulations de vérité, de complots ourdis dans l’ombre des démocraties ?

« On nous ment, on nous cache la vérité »

Quels sont les thèmes récurrents de tous les discours complotistes ? Macron a été porté sur le Trône de France par les Rothschild. Les démocrates américains sont de dangereux pédo-satanistes dont il faut absolument nous débarrasser avant qu’ils s’en prennent à la seule figure pure de notre société : nos enfants. Leur dessin caché ? Un plan secret élaboré afin de les vacciner contre ce virus inventé par les scientifiques. Pourquoi ? Afin de leur injecter la puce mise au point par Bill Gates et réaliser le rêve souterrain final : surveiller tout le monde. Big Brother. Les complotistes aiment les Big. Big Pharma, pour ne citer qu’elle, la main armée des puissants pour la mise en œuvre du plan. Les Juifs, les Franc maçons, les élites, les scientifiques, les riches. Une rhétorique nauséabonde, emprunte de rancœur, de jalousie, d’amertume, de rancune, de méchanceté, muée par l’envie de revanche, de prendre enfin sa place, de renverser la table. Un discours qui prend toute sa place sur les réseaux sociaux – asociaux devrait-on dire -, qui se répand sur la toile numérique à la vitesse de l’éclair numérique, prolifération digitale d’excès d’humeur, de rumeurs et de  paranoïas.

Bon.

En écoutant le décryptage du fameux HOLD-UP par Clément Viktorovitch — je vous en parle demain, promis — je découvre aujourd’hui un type, Silvano Trotta, qui se décrit comme lanceur d’alerte et qui profite de la tribune offerte par ce faux-cumentaire pour se faire entendre. D’après Clément Viktorovitch, je n’ai pas eu le courage de vérifier, Silvano Trotta défend que la lune est creuse et qu’elle n’est qu’un satellite artificiel.

Mais what ?

Pourquoi ?

Pourquoi pas. Certes.

Cet homme souffre -t-il au point de ne plus avoir d’autre but dans sa vie que de trouver des oreilles attentives à ses croyances ineptes ? Pourquoi perdre du temps et de l’énergie à propager de telles idées ?

Je ne sais pas pourquoi, mais je pense à Maurice Leblanc. Probablement celui qui m’a donné envie d’être écrivain. Et son Aiguille creuse.

Une image contenant eau, alimentation, assis, gâteau

Description générée automatiquement
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Complotiste avant l’heure ?

Une énigme, un secret, une falaise creuse.

C’est en tout cas nettement plus ingénieux et subtil que ce Trotta et sa lune creuse.

Arsène Lupin et la Lune creuse.

C’est creux comme titre.

C’est creux comme le vent au milieu de l’Anticyclone de Sainte Hélène…

Mes pauvres amis navigateurs. Ils empannent comme des diables pour profiter d’une queue de vent qui leur échappe ! Je vais vous montrer en image, c’est passionnant :

L’anticyclone est coupé en deux, H1 et H2. H1 se réduit rapidement et va laisser la place à H2 qui va s’étendre vers l’est. Il reste ce petit couloir de nuage avec un peu de vent pour ceux qui s’y sont faufilés. Les autres resteront dans la molle.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Le petit groupe mené par Louis Burton et Samantha Davies, qui refuse de se laisser coincer dans la pétole, contourne H2 par l’Ouest et le Sud. Apivia et LinkedOut passent par l’Est. Tout comme Jean Le Cam.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Voici les deux routes.

Si Dalin et Ruyant passent, ils seront les premiers à toucher le vent des mers du sud. Sinon, ils seront scotchés.

Ou seront les autres ?

Qui va passer en premier.

Je vous le dis, c’est passionnant !

Mais un détail me saute soudain aux yeux :

Vous voyez cette grande étendue sombre sur la carte.

C’est la zone d’exclusion.

Une zone d’exclusion…

Voici qui est bien chelou, non ?

Pourquoi l’existence d’une telle zone ?

Que cherche-t-on à nous cacher ?

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Des icebergs dangereux pour la navigation.

Mon œil !

La solution est si simple qu’on ne la voit pas : ce sont les bords de la Terre Plate.

Heureusement que je suis là pour déchiffre le dessous des cartes.

Résumé : La lune est creuse, comme l’anticyclone Sainte-Hélène dans le Sud Pacifique. Que cherche-t-on à nous cacher précisément ?

#ThéorieDuComplot, #LaRoutineDeLapprentissage, #SilvanoTrotta, #LuneCreuse, #AiguilleCreuse, #MauriceLeblanc, #VGC, #LesBordDeLaTerrePlate, #DessousDesCartes

0 0 vote
Article Rating