le site qui vous raconte des histoires

Étiquette : calcul

Avril, ne te découvre pas d’un fil

30 avril.

Dernier jour à ne pas se découvrir d’un fil !

Dehors, j’entends le chant du rossignol, des tourterelles, au fond je distingue un coucou, une huppe fasciée, une mésange.

Quel magnifique printemps.

La campagne est verte et explose après les pluies nourries que nous avons depuis 15 jours.

Quel bonheur que ce réveil de la nature.

Je profite de moments tranquilles après avoir pris une raclée au Mille Bornes par mon épouse ce matin. Figurez-vous qu’elle a gagné sans que je pose un seul point !

Le ciel est gris.

Tout est calme.

Je me dis que j’aime profondément cette période de confinement.

Pas d’organisation, pas de matins à la bourre pour être à l’heure à l’école, pas de mercredi à courir entre le cheval, les courses, le tennis, les devoirs.

Peinard à la maison, beaucoup de temps pour écrire, et une heure trente de marche tous les soirs, de 18h à 19h30, dans cette campagne apaisée et renaissante, au milieu des rossignols, merles, alouettes.

Et au milieu, l’école à la maison.

Plus apaisée elle aussi.

Chacun a trouvé ses marques.

Je réveille ma fille de CP vers 9h30, on démarre la journée par un petit dej – Mille Bornes,  on travaille une petite heure, lecture et calcul.

À 10 h, je réveille ma fille de presque 17 ans qui émet quelques grognements et se rendort aussitôt.

Puis les garçons, qui grognent aussi, mais eux ne se rendorment pas, happés par l’actualité brulante de snap et YT, aux aguets de quelques vidéos hautement éclairantes sur l’état du monde et la géopolitique du savoir.

À peine terminé avec ma fille de CP, hop, je monte avec l’ordi et fais un état des lieux des travaux des garçons.

D’ailleurs, j’y pense, j’ai oublié de noter l’heure de la classe virtuelle de mon fils de 13 ans à laquelle il m’a juré qu’il n’assisterait pas, mais à laquelle j’ai juré qu’il assisterait !

Je file voir sur l’ENT.

Classe virtuelle de math à 11h. Ouf. Je ne vous explique même pas le cheminement occulte qu’il m’a fallu faire pour retrouver la trace de cette classe virtuelle qui n’est pas – se serait trop simple ni sur l’accueil, ni sur la messagerie, ni sur l’emploi du temps ni sur le cahier de textes.

J’ai retrouvé sa trace dans les messages classés comme lus au fond de la messagerie.

Bon, je vous l’ai déjà dit, l’ENT n’a plus aucun secret pour moi.

Plus aucun ? Tu es certain ?

Je lis – au passage – la réponse très gentille et très patiente – du prof de SVT à qui j’ai envoyé un message hier pour lui dire que vraiment, j’en étais désolé, mais je ne comprenais pas le tuto qu’il avait envoyé afin de déposer le devoir de mon fils de 13 ans. Vous avez bien lu, il faut des tutos pour déposer les devoirs à rendre. Un tuto de 3 pages ! Parce qu’hier, après avoir obtenu de mon fils qu’il fasse l’activité à l’écrit, je me suis découragé devant la complexité de la tâche… sortir le scanner, scanner le document, lire le tuto pour finalement ne rien comprendre et échouer, si près du but !

Il y a donc des choses que je ne maîtrise pas encore.

Mais ce matin, de bonne humeur, je me dis que je vais me pencher sur ce tuto, bien décidé à apprendre une nouvelle fonctionnalité de ce logiciel inventé par je ne sais quel esprit tordu dont l’éducation nationale – 50 ans que je les fréquente assidûment — regorge.

Petit rappel des évènements de la veille :

Vers 14h, ma fille de presque 17 émerge, les écouteurs aux oreilles, et nous rejoint à table – on s’est mis à l’heure espagnole.

—               Tu peux enlever tes écouteurs s’il te plait ?

—               Je suis en cours.

—               !?!

—               J’ai cours de géopolitique.

—               OK.

Ma fille déjeune donc en classe virtuelle, dans le jardin, sous le tilleul, tranquille. Puis va s’installer dans la chaise longue au soleil.

—               Ça va ?

—               Oui, je suis la seule à participer.

Pourtant, je ne l’entends pas parler.

—               Par messages ! me précise-t-elle.

L’école allongée au soleil dans une chaise longue… vous voyez, ce confinement, quel pied !

Quand elle termine son cours, 1h30 plus tard, on discute, comme j’aime le faire avec elle, surtout en géopolitique.

—               On n’a parlé que du covid, pas du tout de ce qui était prévu !

Je sais qu’elle adore son prof de Géopol.

—               Il me fait penser à toi ! elle me dit à chaque fois.

Et elle a été trop contente de me le présenter à la réunion parent prof, dans un autre temps. Son prof de Géopol est aussi prof de cinéma au lycée et j’ai eu le projet d’organiser avec lui les « 2è rencontres autour du court-métrage amateur » avec les élèves option cinéma— le deuxième évènement dans notre cité après Cannes —, mais l’actualité ne nous en a pas laissé l’occasion.

—               C’était intéressant ?

—               Oui. Je savais déjà tout, mais nous avons pas mal discuté. Je lui ai dit que le gouvernement profitait du covid pour passer des lois cheloux.

—               Quoi comme lois cheloux ?

—               Les trucs sur les applications de surveillance.

—               Il était d’accord avec toi ?

—               Oui, tout à fait !

—               Les gouvernements successifs ont détruit les services publics.

—               Tout à fait.

Et ce qui me met le plus en colère, c’est que les riches ne participerons pas à l’effort, que méthode pour ne pas compter sur ses doigtsceux qui se sont goinfrés de profits en essorant services publics et détruisant les codes du travail, ne débourseront pas un centimes pour rendre ce qu’ils ont volé. C’est nous qui paierons et surtout nos enfants avec la dette colossale qu’on leur colle dessus.

Je m’égare.

Avec ma fille de CP, on fait des calculs.

6 + 8 =

Elle compte ‘6’ sur ses doigts puis recompte ‘8’ et annonce le résultat.

J’essaie de lui expliquer depuis plusieurs une méthode pour ne plus compter sur ses doigts. Mais sans y parvenir.

Et dans son livre de math « pour comprendre les maths », en trois exercices, elle y arrive !

Incroyable !

******

11h ce matin, nous sommes installés devant la classe virtuelle, mon fils de 13 ans et moi.

Mais pas de lien.

Donc pas de classe virtuelle.

C’était une classe de math, prévue pour clore le chapitre statistiques avec des exercices.

—               On fait les exercices et on les envoie à ta prof ? je lui propose.

—               OK, me répond-il.

OK ?

Il se passe un truc !

Et il fait ses exercices !

—               Bravo, je le félicite chaudement.

Puis avec ma fille de presque 17 ans, on cherche à résoudre le programme de scratch.

Et bingo, la réunion de nos deux esprits fonctionnent à plein et nous y parvenons !

Bel effort !

3 jours de recherche !

Voilà, de belles et bonnes nouvelles !

De bonnes et belles choses.

On est bien à la maison, confinés.

Pourquoi retourner travailler ?

Pourquoi retourner à l’école ?

On n’a plus besoin de rien !

Tu veux le savoir ?

Pour ne pas terminer cons finis !

Pour éviter de virer gros con.

Pour lutter contre les cons !

Un cadeau de ma fille de CP pour finir

C’est la loi!

Depuis hier, on fait des maths.

Je vois que ma fille de CP a des difficultés avec le nom des nombres.

« 4 et 6 »

—           Ça se dit comment ?

—           C’est quoi le chef de famille des 4 ?

—           Trente.

—           Tu es certaine ?

—           Non, quarante.

—           Alors ?

—           Je ne sais pas.

Alors on répète les chefs de famille.

Et ça bloque à soixante. Ça ne rentre pas. Soixante-dix non plus, quatre-vingts et quatre-vingt-dix pas plus.

On répète.

Pareil pour les doubles.

Jusqu’à 14, ça va. 8+8 et 9+9, ça coince.

La maîtresse de ma fille a créé un blog.

Premier article hier : lire 30 minutes par jour, savoir les doubles (elle renvoie à l’émission de Laure sur les doubles tout au début du programme de France4 !)

—           Cool, nous on l’a déjà fait !

—           On l’a fait, mais tu ne les sais pas ! Allez, on répète ! 2+2, 3+3, 4+4, 5+5

Je me dis qu’il faut qu’on travaille le calcul tous les jours.

Ma fille n’utilise pas les astuces pour calculer plus vite, se référant toujours à ses doigts. Elle se trompe, forcément, et ne veux pas chercher autrement.

Probablement par manque de pratique.

Je m’interroge sur sa manière de fonctionner : elle va toujours vers la facilité. Elle compte sur ses doigts, ne cherche pas par elle-même, passe du temps à retrouver comment on avait fait avant en regardant dans le cahier. Comme si chercher et réfléchir lui demandait trop d’énergie.

Mes autres enfants eux aussi, filent vers la facilité.

Et moi ? Il me semble que la difficulté aiguise mes sens et me donne le goût de la découverte. Mais pas sûr. Peut-être que moi aussi je tends vers la facilité.

Il n’y a pas de raison.

Le soir, en tout cas, règne une certaine fébrilité parmi les garçons. Ils ont quelque chose à nous demander et ils savent qu’il va falloir négocier, que ça va être dur. Visiblement, ils se sont préparés.

Acheter un scooter ? Repeindre leur chambre ? Aller sur la Lune ?

—           Bon, se lance mon fils de 13 ans. On voudrait inviter un copain à venir se confiner à la maison.

—           Vous savez que ce n’est pas possible.

—           Mais il va nous aider pour mettre la table, débarrasser, ranger le jardin, installer la piscine !

—           Ce n’est pas ça le problème.

—           Alors c’est quoi ? Il est seul chez lui et il s’ennuie.

—           Je comprends. Mais on ne peut pas.

—           Mais pourquoi ?

—           Parce que c’est interdit !

—           Tu es toujours à te cacher derrière la loi. Il n’y a que ça, la loi ! Mais détache-toi de la loi !

—           Ce n’est pas possible. On est tous obligés de suivre la loi.

—           Surtout toi !

Je rêve, mon fils me traite de collabo ?

Bigre.

Je n’aime pas ça, me retrouver à défendre le côté de la loi.

—           Mais personne ne le verra !

—           Ce n’est la question. On se confine pour se protéger du virus.

—           Et combien de temps ça va durer ?

—           Je ne sais pas.

—           Mais tu me promets que dès que le pic sera passé, on pourra sortir ?

—           Je ne promets rien du tout.

Là, ma fille de presque 17 ans intervient avec un grand sourire :

—           Moi, j’ai une solution. Je vais me confiner ailleurs et vous pouvez accueillir le copain des garçons.

Facile.

Tranquille.

—           Eh non.

—           Mais pourquoi ?

—           Parce que c’est interdit.

—           C’est trop.

—           Toujours trop.

—           Je vais vous raconter le cas de la collègue de Maman : elle travaille tous les jours à l’hôpital et rentre tous les soirs chez elle. Elle vit toute seule. Elle pourrait se confiner ailleurs, chez des amis, chez sa famille. Mais non. Elle rentre chez elle. Et elle va passer tout le week-end de Pâques seule chez elle. Pourquoi elle fait ça ? Pour protéger les autres. Voilà ce que c’est le confinement.

L’école à la maison sous la couette

Un avion de chasse passe à très basse altitude au-dessus de la maison. Il y en a qui ne sont pas confinés.

10h21.

L’heure de l’école à la maison approche.

Nous sommes tous les deux, mon épouse et moi, chacun sur notre ordinateur à travailler, pas très pressés ni l’un ni l’autre de réveiller l’élève de CP.

Mais ? Tiens, tiens, c’est l’élève qui vient à nous !

—           Vous avez entendu ce bruit ?

—           C’est un avion. Il t’a fait peur ?

—           Il m’a réveillé. J’ai cru que c’était un orage. Mais j’ai vu qu’il faisait beau. Alors je me suis demandé ce que c’était.

Elle nous rejoint sous la couette.

—           Il reste 12 jours et demi avant mon anniversaire.

—           Et demi ?

—           Oui, on a déjà fait la moitié de la journée.

Euh… D’accord il est 10h et demi et on est encore au lit. Mais on n’a pas encore passé la moitié de la journée !

—           Tu es certaine ? Si ton anniversaire est le 22 avril et que nous sommes le 6. Combien de jours reste-t-il avant ton anniversaire ?

—           12.

—           Ben non. Qu’est-ce que tu poses comme opération ?

Mon épouse dessine les jours sous forme de petits carrés sur un cahier. C’est l’école à la maison sous la couette.

—           16 !

Bigre 16 jours.

On en sera où dans 16 jours ?

28 mars

Chère Christine, chère Laure,

Chère Christine,

Grâce à vous, tous les matins, ma fille de CP à lu, écrit et manipulé les sons in, oi, oin et ui.

Et même si elle les mélange et les confond encore pas mal, elle vous retrouve et apprend avec envie et plaisir.

Voici notre rituel.

Je la réveille à 8h30. En théorie du moins, car l’horaire a glissé petit à petit vers 9 h en fin de semaine. Mais promis, dès lundi, je reprends le rythme de 8h30.

Nous petit-déjeunons en jouant au Mille Bornes et nous commençons.

Comme ça va un peu vite, j’enregistre l’émission, fais des pauses et lui laisse le temps de lire, réfléchir, écrire.

Et nous avançons tranquillement, installés sur le canapé, pour un moment de complicité sympa rien que tous les deux.

Je découvre alors que ma fille est :

-un peu flemmarde (elle va fouiller dans les pages précédentes pour regarder les mots déjà écrits plutôt que de chercher dans sa tête et de trouver elle-même)

-qu’elle n’est pas très persévérante (elle se décourage vite), mais que la motivation que je peux lui apporter la pousse à poursuivre,

-qu’elle a du mal à tenir la longueur (français et maths, ça allait en début de semaine, mais dur dur en fin de semaine !)

Mais qu’elle s’accroche et qu’elle se lève avec entrain pour découvrir le son du jour !

Merci pour votre gentillesse.

Ma fille a adhéré immédiatement à votre cours.

De mon côté, je me suis pris au jeu aussi et je m’applique à faire des lignes d’écriture – ce qui me fait le plus grand bien !

La fin de la semaine a été difficile et la motivation s’est étiolée.

Alors désolé, chère Laure, mais nous n’avons pas assisté à votre dernière leçon de mathématique. Mais ne vous inquiétez pas, elle est enregistrée et  nous essayerons de la rattraper ce week-end!

En tout cas, je tenais vous remercier pour l’enthousiasme que vous apportez à l’apprentissage des nombres, du calcul et des problèmes.

C’est avec une grande joie que ma fille manipule les LEGO (moi j’ai droit de le dire !), les boites d’œufs, les sacs de 10 bonbons, et avec fierté qu’elle annonce « 50 » et « 75 » au Mille Bornes au moment de déposer les cartes des kilomètres !

Merci à toutes les deux !

Et à la semaine prochaine !

© 2021 blog.vasyraconte.fr

Theme by Anders NorenUp ↑