Étiquette : sortir

Le coin du philosophe confiné

Question : est-ce que vous donneriez de l’argent à votre ado pour qu’il aille acheter des cigarettes ?

Cela suppose que vous sachiez qu’il fume.

Cela supposerait aussi que vous acceptiez qu’il fume.

Mais si vous n’acceptez pas qu’il fume, il fumera tout de même.

Et si vous ne lui donnez pas d’argent pour qu’il achète des cigarettes, il va « se démerder » pour trouver lui-même des cigarettes.

C’est-à-dire qu’il va sortir aller voir ses copains pour se procurer des cigarettes.

Il sortira dès que vous avez le dos tourné. La nuit pendant que vous dormez.

Il va utiliser n’importe quel prétexte pour sortir.

Que vous allez être à nouveau sur son dos 24h/24 alors que la pression était un peu détendue de ce côte-là.

Ça veut dire aussi que du coup il refuse catégoriquement de faire ses devoirs, par mesure de représailles.

Il va donc sortir.

C’est-à-dire qu’il va enfreindre les règles de confinement.

Et que vous le savez.

Et que vous êtes responsable de votre ado.

Donc responsable de son infraction.

Alors, est-ce que vous donnez de l’argent à votre ado pour qu’il aille acheter des cigarettes ?

Qu’est-ce que je vous raconte ?

Est-ce que je vous raconte que ma fille de presque 17 ans nous demande tous les jours – même plusieurs fois par jour – de la laisser rejoindre un copain dont les parents viennent de partir se confiner a la montagne (sic!)?

image.jpg

Est-ce que je vous raconte que mon épouse est de plus en plus stressée en allant a l’hôpital?

Est-ce que je vous raconte que les infirmières de pneumologie de l’hôpital n’ont pas de masque?

image.jpg

Est-ce que je vous raconte que mon épouse a signé le manifeste des médecins appelant à de plus fortes mesures de restriction? Et que du coup, elle ne m’accompagne plus lors de mes courtes promenades du soir.

image.jpg

Est-ce que je vous raconte que ma fille de 7 ans dort mal, est hyper stressée, a mal au ventre, ne supporte pas d’être seule…

Ça va être long, très long…

Et je vais finir par me lasser.

Et vous aussi.

Tant pis, c’est ma mission.

–          Papa, je peux aller courir cette après-midi ?

–          Oui, si tu y vas tout seul.

–          Ben non, j’y vais avec mon frère.

–          Vous n’allez pas rejoindre des copains ?

–          Non.

–          Sûr ?

–          Oui.

–          Bon alors pourquoi pas.

C’est alors qu’intervient ma fille de 7 ans :

–          Moi j’ai entendu leur copain dire qui allaient se rejoindre…

Silence gêné.

–          La poucave !

–          Balance !

–          C’est vrai, ça ? je demande.

–          Non. On y va seul.

–          Je ne vous crois pas. Vous restez là.

–          Mais je vais exploser si je ne vois pas mes copains !

–          Je sais, mais ce n’est pas possible.

Puis je rembobine.

–          En fait, vous m’avez menti !

–          Normal, me répond mon fils de 13 ans. Si on te demande, tu vas répondre que tu ne veux pas.

–          Normal, c’est interdit de sortir. Vous savez qu’il y a des gens en garde à vue pour « mise en danger d’autrui ? » et qu’ils risquent 1 an de prison et 15 000 euros d’amende. Et que le Rassemblement National demande la mise en place d’un couvre-feu pour que les forces de l’ordre puissent intervenir sans se justifier et que les jeunes rentrent chez eux comme « les honnêtes gens ».

– Tu exagères, comme d’habitude.

– Et l’amende de 135 euros?

– On s’en fiche, c’est toi qui paie.

Ça les rattrape !

Tout allait bien.

Tout le monde était calme.

Et puis un copain des garçons est passé dans la rue.

– Qu’est-ce que tu fais dans la rue ?

– Je cours !

Ni une, ni deux !

Mon fils de 13 ans enfile ses baskets.

– Qu’est-ce que tu fais ?

– Je vais courir.

– Tu n’as pas le droit.

– J’étouffe, il faut que je sorte me défouler.

– Et tu vas où pour te défouler ?

– Je monte au bout de la route.

Je me marre.

– Tu me prends pour un gringo ! Tu crois que je ne vois pas que t’as envie de rejoindre ton copain.

– Mais pas du tout.

– D’ailleurs, il va courir où, ton copain.

– Il va rejoindre un pote là-haut.

– Sérieux ?

– Ben quoi ?

Ben rien.

Rien du tout.

Petit manuel de mauvaise foi (2)

18 mars 2020, 22h30

–             Papa, je peux te demander quelque chose ?

Ma fille de presque 17 ans. Il est 15h00.

–             Dis toujours.

–             Y’a les parents de mes copines qui leur ont laissé l’autorisation de sortir avec un masque.

–             Sortir où ?

–             En ville.

–             Je ne suis pas certain de comprendre : tes copines mettent un masque et se donnent rendez-vous en ville ? C’est bien ça ?

–             Oui.

–             Et tu veux mettre un masque toi aussi et les rejoindre ?

–             Y’en a plein qui sortent. C’est pas si grave si on reste à deux mètres et qu’on porte un masque et qu’on ne se touche pas.

Bigre.

–             Et elles y vont comment en ville, tes copines ?

–             Je ne sais pas.

–             Et où vous trouvez des masques ?

–             Je ne sais pas.

–             Mais vous vivez sur quelle planète ? Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?

–             Il y a plein de vidéos avec des gens qui sortent.

C’est mon fils de 13 ans qui vient en rajouter.

–             Regarde les vidéos.

Vidéos de gens qui se baladent.

Vidéos des cités où tout le monde est dehors.

Photos de queue chez les dealers.

–             T’as vu ?

–             C’est dingue, j’ai les bras qui me tombent.

–             Sortir, c’est la meilleure façon de faire des vues.

–             Et vous en pensez quoi ?

–             Bof.

Donc Bof. Ça va être long. Très long.

20h30.

–             Papa, j’ai une idée, dis oui, s’il te plait.

Ma fille de presque 17 ans.

Elle revient à l’attaque ?

Non, mieux.

–             Est-ce que je peux aller m’installer chez ma copine. Comme ça, je fais mon confinement chez elle. Et ça sera moins long !

–             Non, pas question.

–             Mais pourquoi ?

–             Parce que je veux te garder avec moi.

–             Papaaaaaa….

–             Tu ne saisis pas la situation ?

–             Mais c’est pareil que je sois ici où là-bas.

–             Non, justement, ce n’est pas pareil.

–             Alors, vas-y, dis-moi ce qui n’est pas pareil ? Je te jure que je ne sortirai pas. J’en peux plus d’être ici, tu ne comprends pas ? Ils viennent de dire à la télé que le confinement va durer 1 mois. Moi, enfermée ici pendant 1 mois, je deviens folle.

–             Parce que tu crois que tu vas supporter ta copine pendant 1 mois.

–             Je reviendrais quand j’en aurais marre.

Ben voyons.

–             Et si tu pars, ton frère va vouloir aller chez son copain. Ton autre frère aussi. Et comme on ne sera plus que trois à la maison, la copine de ta petite sœur va venir habiter chez nous. Puis tu vas revenir. Et ton frère aussi, avec son copain. La copine de ta sœur va repartir. Et puis c’est autre de tes copines qui va venir. Puis tu iras chez une autre. Et ainsi de suite.

–             T’es vraiment pas drôle, tu vois toujours tout de travers.

En attendant ma cocotte, tu restes sagement à la maison.

Petit manuel de la mauvaise foi (1)

12h27.

—           Papa, je sors cette après-midi.

!!!

Je reste sans voix.

Mon fils de 15 ans.

—           Tu es sérieux ?

—           Oui, je sors.

—           Y a un truc que t’as loupé, non ?

—           Quoi.

—           Tu ne peux pas sortir !

—           Mais je vais vriller si je ne sors pas !

—           Ben non, tu vas faire d’autres choses.

—           Jamais de la vie.

Un peu plus tard.

—           Je vais sortir le chien.

Petit sourire de mon fils de 15 ans, toujours lui.

Promener le chien. C’est bien la première fois…

           Je ne te fais pas confiance. Je suis sûr que tu as donné rendez-vous à tes copains !

Rires.

—           Tu ne peux pas sortir !

—           Mais comment je vais faire, tu veux ma mort ?

—           Est-ce qu’une fois tu peux faire quelque chose pour les autres ?

—           Je fais plein de trucs pour les autres !

—           Ah oui ? Et puis tu sais que la police contrôle les sorties ?

—           La police? Je les sème.

Bien sûr, bien sûr…

— Je peux sortir dans le jardin, tout de même.

—           Oui.

Sourire en coin.

Des voix.

Un copain est dans la rue !

—           Qu’est-ce que tu fais dans la rue ?

—           Je suis venu récupérer ma veste.

Et bien entendu, ce n’était pas possible de le faire ce matin.

—           En tout cas, c’est cool, il n’y a personne dans les rues !

Bien vu l’ami.

—           Sérieux Papa, je préfèrerais retourner au Collège!