Catégorie : angoisses du soir

Maria RESSA, prix Nobel de la paix

Ce matin, je lis dans le monde que le prix Nobel de la Paix a été attribué cette année à deux journalistes : la Philippine Maria Ressa et le Russe Dimitri Mouratov, tous deux défenseurs d’un journalisme indépendant.

« La technologie a déboussolé l’écosystème de l’information : elle a rendu les faits contestables, remis en cause la réalité que nous partageons. Nous sommes rentrés dans l’air des autoritarismes numériques. »

Maria Ressa a lancé un site d’information indépendant Rappler, qui enquête sur les dérives violentes du gouvernement philippin et son Président Rodrigo Duterte. Elle est menacée de mort.

Ce qui m’a particulièrement intéressé, c’est sa mise en garde sur les dangers que constituent les réseaux sociaux pour les démocraties.

Elle dénonce « la distribution du mensonge par la puissance de l’algorithme sur les réseaux sociaux »

Ce que j’avais déjà un peu pressenti sans parvenir à l’énoncer comme tel. Et ces mots me frappent et éclaircissent la situation : rien ne peut arrêter la diffusion de mensonges sur les réseaux sociaux. Et la campagne qui commence autour de la candidature d’Éric Zemmour va nous en démontrer – je le crains – toute la puissance et la toxicité.

Les réseaux sociaux peuvent alors attaquer tous azimuts la crédibilité des journalistes et des hommes/femmes politiques, propager des mensonges par la puissance des algorithmes, manipuler insidieusement l’attention humaine ainsi que non émotions. La conséquence est la création de réalités alternatives qui font que les peuples s’entredéchirent. Voyez les effets désastreux des réseaux sociaux sur la propagation des arguments de QAnon pendant les dernières élections américaines ou la diffusion des arguments fallacieux antivax.

Quel est alors le rôle des journalistes indépendants : il est de livrer une bataille des faits, de mettre les dirigeants et le pouvoir face à ses responsabilités, de promouvoir la liberté d’expression qui est essentielle à la liberté politique.

Quel courage dans un pays où 9 journalistes et 63 avocats ont déjà trouvé la mort.

La lanceuse d’alerte Frances Haugen vient de dénoncer la dérive des algorithmes devant le Congrès américain : elle explique que Facebook fait passer les profits avant les usagers et, privilégiant des informations à fortes charges émotionnelles, elle facilite la diffusion d’informations qui peuvent être fausses tant qu’elles rapportent.

Le problème n’est pas tant la modération du contenu que les algorithmes eux-mêmes.

Une nouvelle fois le monstre sort de la course aux profits et même nos réseaux sociaux, où il fait bon partager et se donner des nouvelles, peuvent se parer des pires intentions sous des costumes nauséabonds.

Quelle tristesse infinie.

Et quel courage – une fois encore – pour ceux qui se battent au péril de leur vie pour ne pas laisser le monstre gagner.

Le moustique sera-t-il le facteur d’extermination de l’humanité ?

1-Avez-vous déjà vus des animaux lutter contre des nuées de moustiques pour finir épuisés, lâchant prise, s’abandonnant aux insectes qui les vident de leur sang ? — ça me glace le sang rien que d’en parler.

Depuis que l’ouragan Laura a ravagé le sud du pays fin août dernier, le nombre de moustiques y a explosé. Au point de créer de véritables nuages d’insectes ravageurs.

En Louisiane, ces nuées de moustiques tuent le bétail, rapporte le Huffpost. Au total, entre 300 et 400 bovins auraient été perdus, des dizaines de cerfs et de chevaux, selon Craig Fontenot, un vétérinaire pour grands animaux, basé dans la région touchée.

Pour venir à bout d’un cheval ou d’un cerf, les moustiques rassemblés en essaims piquent sans relâche la bête jusqu’à ce qu’elle se vide de son sang. Épuisé à force de bouger constamment pour chasser les milliers d’insectes, l’animal finit par abandonner et, allongé sur le sol, il se laisse dévorer par les moustiques jusqu’à son dernier souffle.

Les bêtes qui survivent doivent également faire face à de nombreuses séquelles. Plusieurs vaches en gestation ont par exemple perdu leurs veaux à cause du stress provoqué par ces attaques.

2-Pourquoi certains moustiques sont-ils plus virulents que d’autres ?

Sur des milliers d’espèces de moustiques, seules quelques-unes aiment piquer les humains, et même au sein d’une espèce, les insectes ont des préférences différentes.

Les scientifiques ont constaté que les moustiques qui apprécient le plus les humains ont tendance à venir de régions au climat sec et à la population humaine dense. Cela s’explique par le fait que les humains fournissent l’eau dont les moustiques ont besoin pour se reproduire.

Ces insectes prospèrent pendant la saison des pluies, mais doivent ensuite trouver un moyen de survivre durant la saison sèche. L’eau stagnante, essentielle à leur reproduction, est difficile à trouver dans les environnements extrêmement arides. Mais elle est présente autour des populations humaines, qui stockent l’eau pour vivre, et les insectes des régions arides ont donc évolué pour profiter de la situation.

Les résultats de ces études, combinés aux données climatiques et démographiques des Nations unies, suggèrent qu’il y aura plus de moustiques piqueurs en Afrique subsaharienne d’ici 2050, principalement à cause de l’urbanisation.

3-les moustiques piquent -ils tout le monde de la même manière ?

J’ai appris dans mes études médicales qu’en fait, les moustiques piquent tout le monde. Mais que chacun n’était pas allergique de la même manière aux enzymes anticoagulantes que le moustique injecte pour fluidifier le sang et pouvoir mieux l’aspirer.

Ici l’auteur développe une théorie des odeurs, croisement de génétique et des bactéries présente sur notre peau.

Pourquoi pas ?

http://www.slate.fr/story/149208/pourquoi-moustiques-certaines-personnes

4-Une amie, qui n’en pouvait plus de se gratter suite à un dîner dans notre jardin — infecté de moustiques tigres depuis 3 ans environ — arrivait à la conclusion suivante : je suis certaine que c’est le moustique qui viendra à bout de l’humanité.

Eric Orsenna a écrit un bouquin : la géopolitique du moustique que je n’ai pas lu. Je ne sais donc pas s’il apporte une réponse à cette question !

Angoisses du soir, bonsoir-2

La Turquie profite de la crise sanitaire pour ressortir de vieilles envies de lois qui avaient été retoquées par des manifs importantes dont la principale est l’abandon des charges retenues contre un homme auteur de violence et de viol sur une femme même mineure s’il décide de l’épouser… sic… le but étant de normaliser les nombreuses unions avec des femmes consentantes… resic.

Erdogan libère des prisonniers pour éviter le confinement dans les prisons. Sauf les journalistes, les écrivains, les féministes, les transgenres, les gays, qui peuvent bien crever du covid en taule, tout le monde s’en branle.

La réouverture des écoles pourrait prendre 3 semaines, avec des classes de 15 élèves… amusez-vous bien !

HISTORIQUE : le baril de pétrole brut qui cote -38 dollars hier à la bourse de New York !

Il valait 60 dollars en janvier. Pratiquement plus de trafic aérien, consommation des voitures en chute libre (jusqu’à 75% en France), surproduction de barils notamment de pétrole de schiste aux USA, qui ne savent plus quoi faire de l’or noir, le stocker coutant plus cher que de le donner !

L’Allemagne se déconfine à partir de demain, mais en gardant les gestes barrière et le port de masque obligatoire pour tous, les autorités mentionnant bien que ce n’était que le début.

L’Asie fait face à la deuxième vague.

Les essais cliniques de traitement vont bon train, la guerre des brevets va bon train entre les labos.

Angoisses du soir, bonsoir !

Mes inquiétudes du soir.

Il paraît que c’est quand la nuit approche que les angoisses se cristallisent.

Ma fille de presque 17 ans me signale des échauffourées avec la police dans les banlieues.

Les jeunes se révoltent.

La police riposte, des vidéos très dures circulent sur instagram.

Viktor Orban vient de s’abroger les pleins pouvoirs en raison de la crise sanitaire en Hongrie et l’armée met en prison en cas de non-respect du confinement.

Orange vient de livrer toutes ses données – anonymysées (pour combien de temps ? ) – au gouvernement français afin se représenter les mouvements de la population en période de confinement.

Le Président du Mexique Andrès Manuel Lopez Obrador fanfaronne quotidiennement au cours de longues conférences de presse sur le nombre bas de cas de Covid et se vante de la résistance du peuple mexicain, publie des vidéos sur la capacité du système mexicain a absorber la pandémie (alors qu’on connait l’état délabré du système hospitalier )…

Les cartels distribuent des vivres dans les quartiers défavorisés, envoyant au pays le message d’être mieux organisés que le gouvernement, occupant le terrain de l’action.

Certains Américains font jouer leur droit absolu de liberté et crient haut et fort qu’ils ne se confineront pas.

Les évangélistes entrainent leurs oilles dans un obscurantisme fanatique.

En Italie, les incitations à la délation se multiplient.

Médiapart titre sur un renversement de l’ordre mondial, sur l’effondrement des États-Unis et de l’Europe et sur la sortie de crise victorieuse de la Chine, encore elle.

Et en France, le gouvernement refuse de conditionner l’aide aux grandes entreprises et semble réfléchir à un plan de relance sans ambition, plus attaché à sauver le néolibéralisme du ‘vieux monde’ qu’à en inaugurer un nouveau…

La nuit est tombée.

L’anxiété se creuse en angoisse.