Étiquette : travail à la maison

Qui va oser ?

24 avril, J-17 avant le 11 mai, ça approche, il n’y a que les têtes en l’air pour ne pas voir ce qui se prépare.

Les défis de la matinée :

1/ lever mon fils de 15 ans à 9h30 pour une classe virtuelle de français à 10 heures. Thème : le 5è chapitre d’Antigone que mon fils n’a pas lu.

2/lever ma fille de CP, déjeuner, école à la maison de 10h à 11h.

3/j’ai un rendez-vous téléphonique à 11h.

4/appeler le réparateur de lave-vaisselle, ce bon lave-vaisselle, pièce maitresse de la maison, sans qui rien n’est plus possible et qui répète à longueur de temps F78, ce qui veut dire — d’après internet — problème de pompe. Ils parlent de coucher l’engin sur le côté et de l’ouvrir. Autant je me sens de faire l’exploration d’une plaie en couchant une personne sur le côté, autant je ne me sens pas d’opérer mon lave-vaisselle, comme ça, dans la cuisine, au milieu d’une flaque d’eau et d’assiettes sales des restes de spaghettis bolognaise.

5/convaincre mon fils de 13 ans de finir son SVT d’hier sur le débit cardiaque et le débit sanguin. Un diagramme de l’évolution du débit sanguin entre le repos et l’effort selon les organes. Débit qui baisse dans le tube digestif et les reins, qui reste constant dans le cerveau — Ouf ! mais peut-être pas chez tout le monde ! —, qui augment au niveau de la peau — Tu sais pourquoi ? — Pour la transpiration. — Exact ! —, qui explose dans les muscles grâce à l’ouverture des capillaires sanguins et qui est maximal au niveau du poumon. Travail qu’il m’avait promis de terminer avant le dîner d’hier, mais qu’il n’a pas pu finir, car l’ordinateur n’avait plus de batterie… — Et quand ta manette n’a plus de batterie ? — Ben quoi, c’est pas pareil…

6/convaincre mon fils de 13 ans de faire son travail d’aujourd’hui, espagnol, français, maths.

— L’espagnol, jamais de la vie. — Alors français et maths. — On verra, il faut déjà que je finisse mon SVT. — Il y a aussi la techno que tu n’as as faite. — La techno, c’est mort, ça sert à rien. — Français et maths.

En lui présentant espagnol, français et math, je sais qu’il va éliminer espagnol et qu’il fera — peut-être — français et maths. Si je lui annonce que le programme d’aujourd’hui est français et maths, sachant qu’il ne fera pas espagnol, il éliminera soit le français, soit les maths ? C’est comme quand on négocie une bagnole…

7/ réveiller mon fils de 15 ans à 9h30

Vous avez vu le merdier qui s’annonce pour la reprise de l’école ? Qui va oser mettre ses enfants à l’école le 11 mai ? Vous ? Moi ?

Quel maire va oser prendre le risque d’ouvrir les écoles ?

Quel préfet va oser donner le feu vert au maire pour ouvrir les écoles ?

Qui va être volontaire ?

Mon épouse a lu dans Le Monde ce matin qu’ils envisageaient de tester les enseignants avant les cours pour être certains qu’ils ne sont pas covid+.

On va tester les enfants aussi ?

Et comment on gère l’attente des résultats ?

Et qui va enfoncer l’écouvillon nasal de 5 cm dans le nez des enfants, déclenchant immédiatement saignements de nez, cris, pleurs et scènes de panique ?

8/ réveiller mon fils de 15 ans à 9h30.

D’ailleurs, c’est l’heure.

Alors ce premier jour ?

Comment dire… L’heure de début l’école à la maison avait été décalée à 10h lors du conseil de famille de la veille pour que la journée ne soit pas trop longue. Sympa, non ? Et malgré ça, on ne peut pas dire que tout le monde ait été ponctuel. Le départ a été échelonné, ce qui a permis au maître de s’adapter.

Pour le CP, ça a roulé comme sur des roulettes, grâce à la maîtresse qui a préparé un programme de 4 semaines avec fiches de lectures, d’écriture — un grand merci à elle — et à la motivation de l’élève qui trépigne depuis 2 jours pour commencer ‘’son travail’’.

Ensuite, ça se corse.

L’ENT — Environnement numérique de travail — étant totalement saturé, le site du CNED étant hors d’accès, les choses sont vite devenues difficiles.

—          Les sites sont saturés, moi, je ne fais rien !

Et hop, PlayStation et ordi branchés en réseaux, et en avant.

Pas question !

—          Vous pouvez au moins faire de l’Anglais.

—          Mais sur quoi tu veux qu’on travaille ?

Pas bête le papa ! J’ai — fort utilement — entendu hier à la radio que les éditeurs de manuels scolaires avaient réussi le tour de force de mettre leurs livres en ligne en 48h et j’ai retrouvé les bouquins !

Résultat, 35 minutes de travail.

C’est assez peu, je vous l’accorde, mais finalement, c’est déjà pas mal.

Pour ma fille de première, le problème est encore plus grave, ses codes d’ENT ne fonctionnent pas. Le site CNED est accessible en revanche. Mais le programme étant national, difficile de s’adapter.

—          On a des groupes WATSAPP pour chaque matière.

—          Et vous avez du travail ?

—          Il faut le temps que ça se mette en place.

Tiens, ce soir l’ENT est fonctionnel.

Et les profs ont posté des fiches et devoirs.

—          Ho la flemme…

Quoi la flemme ?

—          Imprime-moi tout et je le collerais dans le cahier.

—          Le prof a marqué : « écrire la conclusion » pas « coller la conclusion ».

—          Mais c’est la même chose.

—          Eh non, c’est pas la même chose.

—          Je le ferais demain !

Bien sûr, bien sûr.

À demain, donc !