16 avril

J-25 avant le 11 mai – il n’y a que les innocents qui écoutent les grandes personnes qui parlent à la télé

ERRATUM 1 : Désolé, je me suis trompé dans le montant des primes. C’est 1 500 euros pour les réanimateurs et 500 pour les autres. Je vous laisse juge de cette prime.

ERRATUM 2 : Ce n’est pas de ‘fils de putes’ que je voudrais qualifier ces fumiers de chasseurs, mais de ‘GROS FILS DE PUTES’. Là encore, je vous laisse apprécier la nuance.

ERRATUM 3 : voir plus bas.

OK, c’est fait, je peux commencer.

Qu’est-ce qui me tient à cœur en ce J-25 ?

L’école à la maison, bien entendu.

Retour aux bases.

De nombreux sentiments se bousculent ce matin dans mon esprit.

De belles paroles, de belles pensées, de belles promesses. Et déjà de nombreuses interrogations. Et les premières colères. C’est bien français les colères ? Eh oui. Mais je précise que — pour moi, et cela n’engage que moi — la colère est une noble émotion qui permet de lutter contre les injustices, qui permet d’exprimer les évènements et décisions qui paraissent arbitraires, abusives et inégales. Une émotion salvatrice, n’en déplaise à tous les philosophes et lumières qui tentent de nous faire culpabiliser en décrivant depuis des siècles la colère comme une émotion négative, égoïste, incendie qui enflamme les foules empêchant tout discernement et qui ne mène à rien.

Excusez-moi, je vais vous balancer des textes. Mais ils me semblent importants. Pour la réflexion. Pas pour semer le doute. Ce n’est pas mon but.

Ce matin, j’écrivais à un ami « que—afin de préserver notre santé mentale—comprendre n’était peut-être pas la priorité », mais je me rappelle aussi cette phrase : « Être confiné n’empêche pas de réfléchir, de se poser des questions ni de douter. »

J’en reste là avec les considérations.

Le premier texte provient d’une émission d’Ali Rebeihi dans Grand bien vous fasse sur France Inter.

__________________________________________________________________

Confinement : « laissez vos enfants tranquilles ! »

par France Inter publié le 8 avril 2020 à 14h22

C’est le cri d’alarme du psychopédagogue Bruno Humbeeck. En ces temps de confinement que l’on devrait appeler quarantaine, l’important est de se ficher la paix et de respecter ses espaces propres !

Laissez vos enfants tranquilles, même sur les écrans

Interrogé dans l’émission d’Ali Rebeihi « Grand bien vous fasse » sur les moyens de motiver les enfants pour étudier à la maison, le spécialiste de l’éducation Bruno Humbeeck a tenu un discours d’apaisement. Ce chercheur en pédagogie familiale et scolaire à l’université de Mons (Belgique) a, surtout, préconisé de les laisser tranquilles. 

Bruno Humbeeck : « Comment motiver ses enfants pour étudier en étant confinés ? Enseigner est un acte de transmission et dans cette situation, c’est l’adulte que l’on doit motiver. Pour l’enseignant, la motivation de transmettre vient de son statut. Pour les parents confinés à la maison, c’est plus compliqué : c’est pourquoi certains peuvent être poussés à bousculer leurs enfants.

Il faut arrêter avec cette idée de « classe à la maison »

Ce sont deux espaces avec des rôles distincts. Il vaudrait mieux partir des centres d’intérêt des enfants et y ajouter un peu de pédagogie. Votre enfant aime Bob l’éponge ? Pourquoi ne pas lire des livres de Bob l’éponge, lui faire jouer Bob l’éponge, lui faire expliciter ou même traduire la série ? 

Il faut que les parents cessent d’aller sur le terrain de la performance. Cela risque d’être contre-pédagogique. Ils ne doivent pas non plus aller sur l’étude de nouveaux contenus parce que cela peut mal se passer. Ils ne savent pas faire.

Dans cette situation de confinement, il faut s’occuper de nos enfants. Ce qui veut dire s’en préoccuper tout le temps, mais il faut aussi savoir déléguer l’enseignement à la communauté éducative qui met des choses formidables en place. En Suisse, il y a par exemple une excellente émission télévisée qui s’appelle : Y’a pas école. 

Si les enfants ont la sensation d’être en vacances et passent leur temps sur les écrans… 

Cette période est une période de « vacances », de mise entre parenthèses. C’est pour cela que la continuité pédagogique n’est pas la priorité. Là, il faut se ficher la paix entre nous parce que l’on vit les uns sur les autres. Il faut respecter les territoires de tous, dont ceux des enfants. Et pour cela mettez des casques, n’imposez pas vos espaces aux autres. Vivez petit, mais imaginez grand. Et si votre enfant est accro aux écrans, fichez-lui la paix ! Alors qu’il est entravé et probablement angoissé, les écrans constituent son échappatoire. 

Et en ces temps suspendus, on doit s’autoriser des sorties dans les règles. Et que les personnes qui ont des jardins laissent les espaces publics aux personnes qui n’en ont pas ! »


OK.

Une nouvelle fois, je prends un coup de bambou sur la tête.

Ma fille de CP est réveillée. Elle joue aux Playmobil pendant que j’écris. En attendant le moment de se mettre au travail.

Si elle me demande mon téléphone pour regarder des émissions débiles sur YT Kids — ‘kids’ pour la protéger contre des images de pornographie, vente d’armes, utilisation de drogues — mais pas pour la protéger de Swan et Noé, qui déblatère un flot de conneries sous l’œil admiratif de la voix criarde de leur mère insupportable—, qu’est-ce que je fais ?

Je lui file mon tel ?

Je la confie aux mains de la Grande Récré, Toysrus, Disney, Amazon et consorts ?

Non, je résiste, je suis un combattant, je milite pour Christine, François, Laure et Agnès.

Je suis un puriste réac et débile, un vieux con réac.

Je m’accroche à Lumni.

Tiens, d’ailleurs, il est où mon téléphone ?

Et bien pendant que je m’emballe, ma fille me l’a piqué pour aller rejoindre Swan et Noé. Ils pourraient faire du calcul mental et de l’écriture, ces deux débilos, au lieu de déballer des merdes à 200 euros et raconter toutes leurs boni menteries mercantiles.

Combien de vues, ces merdeux ? 800 000 ? 1 milliard ?

Comment ça s’écrit ‘1 milliard’ ?

Je me disais bien que c’était calme d’un coup du côté de la famille Playmobil confinée dans la luxueuse 9266 City Life Maison Moderne agrémentée de ces nombreux accessoires 9271 la chambre à coucher, 9268 la salle de bain, etc…

Bon.

Où j’en étais-je ?

Deuxième texte, on change d’ambiance. On passe chez Médiapart. Un poste FB lu hier.


Covid-19: les enseignants ne seront pas les futurs «héros»

Les enseignants, d’après l’allocution du Président de la République, devraient reprendre le chemin de l’école le 11 Mai. C’est non. Ils ne seront pas les futurs héros de la Nation, sacrifiés sur l’autel de l’incapacité de nos gouvernants français.

 Qu’est-ce qu’un collège ou un lycée en région parisienne, par exemple ? 600 ou 800 élèves, parfois plus encore, rassemblés dans un bâtiment et encadrés par une cinquantaine d’enseignants ( auquel on doit ajouter le personnel de direction et le personnel technique). Disons 70 adultes environ pour un établissement de 800 élèves.

Qu’est-ce qu’un collège ou un lycée par temps d’épidémie ? Une vaste marmite à diffusion du virus Le Président Macron a annoncé des tests pour les personnes présentant des symptômes. Les enfants et adolescents n’en présentent pas. Pourtant, ils peuvent diffuser le virus… Autant donc de diffuseurs potentiels du virus que d’élèves, chaque élève ayant des contacts avec les membres de son foyer, qui peuvent être porteurs du virus de façon asymptomatique dans ces débuts…Des diffuseurs fantômes, qui rapporteront du collège ou du lycée le COVID dans leurs familles, si tant est qu’il y ait un cas initial dans l’établissement.

Une heure de cours, qu’est-ce que c’est ? 30 élèves ( 35 ou plus en lycée) rassemblés dans une salle de 60 mètres carrés environ. Le voisin d’à côté à 50 cm. Deux points d’eau pour tous les élèves dans un établissement de 800 élèves.

Le travail d’un enseignant, qu’est-ce que c’est ? Croiser dans une salle de 60 m2 30 élèves par heure de cours, à multiplier par 18 heures pour ceux qui ne voient les élèves qu’une heure par semaine. 540 élèves par semaine, 540 diffuseurs-fantômes potentiels. Plus tous ceux qu’ils croisent dans les couloirs où les élèves s’agglutinent devant les portes.

Si les salles de spectacle et les cinémas ne sont pas rouverts, pourquoi donc autoriserait-on des salariés à fréquenter 540 élèves par vagues successives dans 60 m2. Auraient-ils une immunité spécifique ? 50% des enseignants ont plus de 45 ans. La première victime française a d’ailleurs été un enseignant…

Ils ne seront pas les nouveaux héros. Même s’ils comprennent les difficultés des parents. Même s’ils comprennent la nécessité de l’instruction. Ils ont travaillé à distance : ils continueront. Ça ne remplace pas, certes, un enseignement en présentiel. Mais parce qu’ils sont des salariés comme tout autre, qu’il est absolument impossible dans un établissement scolaire de respecter les distances de sécurité, parce que tout élève est un transmetteur-fantôme potentiel, c’est NON. C’est NON ! Pour préserver la santé d’eux-mêmes et de leurs familles. Par sens des responsabilités pour les familles de leurs élèves.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.


Qu’est-ce que j’ai à ajouter ?

Que les intentions de notre président sont de remettre les Français au travail ?

Je vous rappelle que Geoffroy Roux de Bézieux (sic) – le président du Medef – a annoncé qu’il allait falloir travailler plus pour retrouver notre niveau de croissance d’avant le Covid.

Attention, la colère gronde.

Sautez le paragraphe suivant si vous êtes importuné par le souffle de la colère.

Retrouver la croissance d’avant ? Mais qui veut retrouver cette croissance, à part toi, puissant parmi les puissants. Pour te gaver de dividendes ? Pour continuer ton œuvre de destruction massive des populations ? Gros fils de bâtard ! Je ne veux plus de ta croissance. Je ne veux plus de ton système. Je ne travaillerai pas plus pour t’engrosser le bide. Je ne suis pas – encore – ton esclave ni ta pute !

ERRATUM 3 : Geoffroy Roux de Bézieux a finalement jeté l’éponge. Merci de m’avoir écouté. Je ne te traiterai plus de GSFDB. Promis.

le figaro

Bon, je termine avec un texte que j’ai trouvé plein de bon sens qui m’a été envoyé par mail hier sur un groupe commun.

_________________________________________________________________

Coronavirus :« C’est tout sauf sérieux de rouvrir les écoles le 11 mai », estime Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, interrogée par l’AFP.

EDUCATION Le Snuipp-FSU réagit à l’annonce du président Macron, ce lundi soir, de la réouverture progressive des crèches, des écoles, des collèges et des lycées à partir du 11 mai

Modèle de courrier à la direction des écoles, en plus des actions syndicales et des associations

Madame, Monsieur, le responsable d’établissement,

De la même façon que nous avions bien compris que le port du masque était inutile puisqu’il n’y en avait pas, tout le monde a bien compris cette fois que la réouverture des écoles est nécessaire afin que les enseignants puissent garder les enfants dont les parents doivent retourner au travail.

Preuve en est que les universités ne rouvriront pas, les étudiants n’ayant besoin de personne pour les garder.

Mon rôle en tant que parent est de préserver la santé de mon enfant, et vous êtes bien placé(e) pour savoir que la distanciation sociale dans une école est autant un leurre que la continuité pédagogique vantée par notre ministre.

Je tiens aussi à préciser que la responsabilité civile et personnelle de l’inspecteur d’académie peut être mise en exergue au pénal en cas de problème pour mise en danger et non respect de l’obligation particulière de sécurité pour nos enfants cité dans l’art 223-2 et 223-1 du code pénal.

Pour ma part et par principe de précaution,  je vous informe que mon enfant (NOM PRENOM) ne prendra pas le chemin de l’école/garderie ce lundi 11 mai 2020.

Je vous remercie de votre compréhension et je vous souhaite de rester en bonne santé suite à cette décision purement économique et qui n’est pas dans l’intérêt sanitaire de nos enfants et nos familles.

Bien cordialement,

SIGNATURE


Je ne sais pas si je vais envoyer cette lettre, mais elle me semble claire et bien rédigée.

En impliquant l’inspecteur d’académie, on va voir qui a les ‘couilles’ de remettre les enfants à l’école et qui protège son petit cul douillet.

En attendant, je file emmener ma fille de CP lire et écrire, pour qu’elle soit au moins capable de comprendre Facebook et poster sur instagram.

Bises à toutes et à tous.

Bon J-25.

0 0 vote
Article Rating